Des émeutes sur le long terme attribuées au duel Sarkozy / Le Pen
Article mis en ligne le 23 avril 2007

par Celtika (Céleste)
logo imprimer
Noter cet article :
0 vote

- Dépêche de Céleste
- Enregistrée le 23 avril 2007
- Source : Clairaudience
- Délai / Saison : (Clair) Moyen terme

Je confirme l’arrivée d’émeutes, de violences graves, dans les rues de France, qui vont être causées par le duel Sarkozy / Le Pen.

Précision :
- Je confirme que Nicolas Sarkozy devient président lors des élections du 6 mai 2007

- Les décisions rapides qu’il prendra provoqueront une première série d’émeutes et de violences très fortes, à court terme

- A long terme, de très nombreuses émeutes seront à prévoir.
Certaines seront beaucoup mieux préparées et seront organisées sous la forme de groupes dont certains se donneront un titre.

- Dans le futur, lorsque l’on reparlera de l’élection de Nicolas Sarkozy, on ne parlera pas du duel Sarkozy/Royal, mais du duel Sarkozy/Le Pen.

- J’ai beau souhaiter le contraire, mais je vois les émeutes se renforcer de plus en plus, j’entends parler de "réseaux" et de "groupes de terrains".
Il s’agira surtout de jeunes d’après ce qu’il me ressort.
Ces groupes seront très "résistants" et effraieront la majorité de la population.

- Avec le déploiement de forces de sécurité, on pensera à court terme avoir calmé la situation, mais cela reviendra plus fortement ensuite.

- Durant une série d’émeutes, on déplorera tout particulièrement un drame concernant une femme grièvement touchée par les violences, et cela pourrait aussi concerner un enfant.

- Ce qui me surprend le plus dans ces visions, c’est le rythme très rapide avec le quel les événements et les décisions prises s’enchaîneront.


Forum
Répondre à cet article

43 Messages

  • emeutes - 21 décembre 2007 08:05, par Pascal

    Bonjour Celeste

    Voyez vous toujours des émeutes sur 2008 ?

    Bien à vous

    Pascal

  • Emeutes à Villiers-le-Bel - 5 décembre 2007 01:32, par Celtika

    Les faits qui m’interpellent pouvant être en rapport avec la prédiction, sont ceux-ci :
    de graves émeutes, une soixantaine de policies blessés, de nombreux dégâts matériels, et par ailleurs s’agissant des notions de différences culturelles et politiques, les interventions des deux hommes politiques cités dans la prédiction (dont pour l’instant il n’y a pas a priori d’effet de cause à conséquence)

    j’ai mis en gras les éléments pouvant correspondre.

    Un article de l’agence Reuters :

    Une soixantaine de policiers blessés à Villiers-le-Bel mar. nov. 27, 2007 1:12 CST

    VILLIERS-LE-BEL, Val-d’Oise (Reuters) - Une soixantaine de policiers ont été blessés, dont cinq grièvement, au cours d’une seconde nuit de violences à Villiers-le-Bel, et dans des communes voisines du Val-d’Oise, où cinq personnes ont été interpellées, rapportent les autorités.

    Ces incidents font suite à la mort de deux adolescents dimanche à Villiers-le-Bel dans un choc entre une petite moto et une voiture de police. L’affaire est considérée officiellement comme un accident et une enquête est ouverte.

    La ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a annoncé à la mi-journée une "montée en puissance" du dispositif des forces de l’ordre pour juguler les violences et tenter de faire cesser les tirs sur les policiers.

    Le scénario fait craindre une escalade similaire à 2005 dans les banlieues. La mort dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) de deux jeunes poursuivis par la police avait provoqué trois semaines de violences urbaines sans précédent dans l’histoire contemporaine du pays.

    Parmi les cinq fonctionnaires de police gravement atteints lundi soir, l’un a été touché à l’épaule par un plomb de chasse, dit-on à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP). Ses jours ne sont pas en danger.

    "Ceux qui tirent sur des policiers sont des criminels", a dit à la presse le Premier ministre, François Fillon, lors d’un déplacement à Villiers-le-Bel.

    "La justice est indépendante et elle doit dire toute la vérité", a-t-il ajouté.

    Le président Nicolas Sarkozy se rendra mercredi à l’hôpital d’Eaubonne pour rencontrer des policiers et des pompiers blessés dans les violences.

    "Il faut que des mesures soient prises pour empêcher ceux qui tirent sur les policiers de le faire", a dit la ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

    "Dans les mesures, il y aura notamment une présence policière forte sur le terrain. Il faut aussi que la population nous aide à isoler ceux qui sont des délinquants", a-t-elle ajouté au micro de RTL.

    La ministre de la Justice, Rachida Dati, a dit dans un communiqué qu’elle avait demandé aux procureurs que les personnes placées en garde à vue soient déférées "dès lors que les faits sont caractérisés et leur sont imputables".

    Selon le syndicat de police Synergie, 77 policiers ont été blessés, certains ayant refusé de se faire hospitaliser.

    "C’est un bilan qui est rarement atteint dans une émeute", a souligné le secrétaire général adjoint du syndicat, Patrice Ribeiro, sur RTL. "D’après ce que nous disent nos collègues sur place, c’est une situation qui est bien pire que celle qu’on a pu connaître en 2005, avec un stade qui a été dépassé hier soir avec l’apparition des armes", a-t-il dit.

    EXTENSION A D’AUTRES COMMUNES

    La bibliothèque Louis-Jouvet de Villiers-le-Bel a été détruite par un incendie. Des dizaines de commerces et de restaurants ainsi qu’une agence du Trésor public ont été dégradés, dit-on de source policière.

    Selon la DDSP, une soixantaine de véhicules ont été incendiés, dont une voiture de police.

    Des affrontements sporadiques se sont déroulés pendant plusieurs heures entre de petits groupes qui lançaient des pierres et divers projectiles sur les forces de l’ordre.

    Le calme est revenu à Villiers vers 01h30 (00h30 GMT).

    Des feux de voitures et de poubelles ont été signalés à Cergy, Ermont, Goussainville, Fosses et Argenteuil.

    A Sarcelles, des affrontements entre policiers et une cinquantaine de jeunes ont éclaté près d’un concessionnaire automobile, où les policiers disent avoir été attirés dans un guet-apens. La préfecture ne faisait pas état de cet épisode.

    La nuit précédente, un commissaire de police avait été sérieusement blessé, ainsi que 24 policiers - dont deux gravement - et un pompier, à Villiers-le-Bel.

    Pour Jean-Marie Le Pen, les événements de la nuit marquent "une terrible escalade de la violence par rapport à l’automne 2005" et les autorités devraient avoir moins d’états d’âme.

    "Le ministre de l’Intérieur qui parlait de Kärcher pour nettoyer les banlieues, est le président de la République qui annonçait la rupture. Il n’y a eu ni Kärcher ni rupture", écrit le président du Front national dans un communiqué.

    Le parquet a dit qu’il avait ouvert une enquête préliminaire sur la mort des deux adolescents pour homicides involontaires et non-assistance à personne en danger, confiée à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et à la sûreté départementale.

    Le procureur de Pontoise Marie-Thérèse de Givry a déclaré qu’il s’agissait d’un "accident de la circulation". Certaines questions demeurent sur l’éventuelle arrivée tardive des secours ou une hypothétique fuite des policiers alléguée par divers témoins, ce qui est démenti par les autorités.
  • Manifestations contre la loi sur l’ADN - 23 octobre 2007 00:41, par Celtika

    A ce jour, des manifestations, mais pas d’émeutes :

    Des milliers de personnes ont manifesté contre la loi Hortefeux

    NOUVELOBS.COM
    22.10.2007 10:41
    56 réactions
    Des milliers de personnes ont défilé en France samedi, dans le cadre de la "journée de solidarité avec les étrangers".

    Des milliers de personnes ont défilé samedi 20 octobre dans plusieurs grandes villes de France contre la loi Hortefeux sur l’immigration dans le cadre de la "journée nationale de la solidarité avec les étrangers". Les manifestations se sont réunies à Lyon, à Marseille, Toulouse, Strasbourg, Nantes, Rennes et Dijon, Lille, Nancy, Angers ou Poitiers.

    "Flatter l’extrême droite"

    A Paris environ 3.000 personnes, selon les organisateurs, 1.500 selon la police, ont manifesté en réponse à l’appel du collectif Unis contre une immigration jetable, le cortège est parti de Belleville (XXe arrondissement) pour se diriger vers la place du Palais-Royal (IIe) en passant par celle de la République. Les slogans et banderoles affichaient une "régularisation de tous les sans-papiers", déclaraient "halte aux rafles et aux expulsions", "halte au fichage génétique" en référence à l’amendement controversé sur les tests ADN, et affirmaient que "le regroupement familial est un droit". Parmi les personnalités présentes, la porte-parole de Lutte ouvrière, Arlette Laguiller, a dénoncé "cette loi qui veut empêcher le regroupement familial". Elle a estimé que "la volonté du gouvernement est de flatter un électorat d’extrême droite".
    A Toulouse, des parents d’élèves et des familles régularisées marchaient aux sons des saxophones derrière des pancartes "Les petits Toulousains veulent garder leurs copains… Non aux expulsions".
    A Poitiers, a été lu un pastiche de la lettre du jeune résistant Guy Môquet et la chanson de Serge Gainsbourg "Les petits papiers" a été détournée sur l’air "Laissez passer les sans-papiers".

    "Série de violations des droits"

    Le Mrap (mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples), a déclaré dans un communiqué que "le vote de la loi sur la maîtrise de l’immigration, assortie de cet amendement dangereux, restera comme une tache dans la série des violations des droits et des libertés fondamentaux en France", ajoutant qu’avec le maintien de ce dispositif, "le gouvernement manifeste son mépris face aux valeurs républicaines et fait preuve d’autisme politique".
    France Terre d’asile a estimé que "le maintien des tests ADN est une atteinte au droit de la famille tel qu’il s’est constitué depuis près de deux siècles en France".
    L’association affirme dans un communiqué que "derrière ces tests, c’est toute une conception de la France, de son rapport à l’autre, de sa place dans le monde, qui est en question".

    Voir en ligne : Des milliers de personnes ont manifesté contre la loi Hortefeux

  • Je ne sais pas si cela aura un rapport ensuite, mais en attendant voici l’info :

    IMMIGRATION
    Tests ADN : Le Pen soutient Fillon pour l’emploi du mot "détail"
    NOUVELOBS.COM | 08.10.2007 | 15:53
    137 réactions
    Le leader du FN estime que le procès fait au Premier ministre marque la "tyrannie intellectuelle" et la pression de "lobbies." Politiques de gauche et associations dénoncent l’usage d’une expression estampillée extrême-droite.

    voir l’article

    Voir en ligne : Tests ADN : Le Pen soutient Fillon pour l’emploi du mot "détail"

  • Emeutes de groupe de jeunes - 5 octobre 2007 12:15, par Celtika

    Toujours uniquement en rapport avec ces éléments :

    > Une partie des éléments correspondent avec une partie des informations que j’avais reçues dans les prédictions titrées " Tensions relatives aux élections" et "Des émeutes sur le long terme attribuées au duel Sarkozy / Le Pen". Dans le cas présent la réalisation des émeutes correspond avec plusieurs critères, mais pas du tout d’origine politique dans l’histoire. J’ai donc peut-être encore une fois perçu différents éléments de plusieurs puzzles… ?

    Je cite les éléments reçus que je rassemble concernant uniquement les émeutes :

    " A long terme, de très nombreuses émeutes seront à prévoir. Certaines seront beaucoup mieux préparées et seront organisées sous la forme de groupes dont certains se donneront un titre."

    J’ai beau souhaiter le contraire, mais je vois les émeutes se renforcer de plus en plus, j’entends parler de "réseaux" et de "groupes de terrains". Il s’agira surtout de jeunes d’après ce qu’il me ressort. Ces groupes seront très "résistants" et effraieront la majorité de la population. Avec le déploiement de forces de sécurité, on pensera à court terme avoir calmé la situation, mais cela reviendra plus fortement ensuite. Durant une série d’émeutes, on déplorera tout particulièrement un drame concernant une femme grièvement touchée par les violences, et cela pourrait aussi concerner un enfant. Ce qui me surprend le plus dans ces visions, c’est le rythme très rapide avec le quel les événements et les décisions prises s’enchaîneront. Concernant les délais, il faut s’attendre à des révoltes à court terme, mais aussi à moyen et long terme. Partant de là, il m’a été mentionné certains lieux susceptibles d’être plus exposés à des formes de violence : "quai " musée" "porte de la chapelle" "madeleine" "bercy" "clichy". Les deux lieux les plus importants sont "porte de la chapelle" et "madeleine". Je n’exclus pas que la nature de la violence relève d’une action organisée par un groupe quelconque. " ------------------------------------------------------

    Article du 20mn ce jour :

    Incendie et caillassage à Saint-Dizier

    « Ces gens étaient très jeunes et assez organisés »
    VIOLENCES - Deux bâtiments et seize véhicules ont été incendiés…

    « Les jeunes étaient un peu excités depuis une semaine »

    Des échauffourées ont éclaté jeudi soir dans le quartier sensible du Vert-Bois à Saint-Dizier (Haute-Marne) où deux bâtiments et seize véhicules ont été incendiés et où les forces de l’ordre et les pompiers ont été caillassés.

    Les incidents ont débuté vers 21h45, quand quarante à cinquante jeunes cagoulés, dont certains étaient munis de barres de fer, ont attaqué un fourgon de pompiers et un véhicule de la Brigade anti-criminalité (BAC) en intervention à proximité du centre commercial du Vert-Bois, a indiqué le préfet de Haute-Marne Yves Guillot.

    Plusieurs individus ont frappé le véhicule des pompiers à coups de barre de fer, certains s’accrochant même aux portières du véhicule pour en extraire ses occupants. L’un des pompiers a été touché, sans être blessé. Caillassés, les véhicules d’intervention, ont dans un premier temps dû faire machine arrière, avant de retourner sur les lieux.

    Les jeunes se sont ensuite dispersés dans la ville, où ils ont mis le feu à la Maison de la jeunesse et de la culture (MJC), dont le rez-de-chaussée est entièrement détruit, ainsi qu’à une agence de location de voitures.

    L’office HLM a également été la cible des délinquants, sans que l’on puisse avoir s’il a été fortement touché.

    « Il y avait une tension depuis plusieurs jours dans le quartier », explique Guillaume Audebaud, directeur de cabinet de la préfecture à 20minutes.fr. Des véhicules avaient été incendiés ainsi que des poubelles. C’est dans ce cadre qu’un homme a « agressé il y a trois jours » un policier. Il a été interpellé jeudi.

    Le directeur de cabinet précise qu’une seule compagnie de CRS « pour l’instant » est positionnée dans le quartier vendredi. Des fourgonnettes des CRS sont toutefois arrivées en renfort vendredi vers 1h à l’hôtel de police de Saint-Dizier, selon l’AFP.

    « Des jeunes organisés »

    « Ils se sont engagés au milieu des immeubles. Ca a été concerté », a estimé Yves Guillot. « Ces gens étaient très jeunes et assez organisés. On a l’impression qu’ils ont préparé le coup et qu’ils ont voulu faire parler d’eux », a commenté le député-maire de la ville, François Cornut-Gentille (UMP). Des caillassages avaient déjà eu lieu à Saint-Dizier les jours derniers, selon lui.

    « On essaie de comprendre. On a déjà eu des violences dans la ville. Mais jamais de cette échelle », a-t-il poursuivi.

    Du côté de la mairie, contactée par 20minutes.fr, on indique ne rien savoir des incidents des derniers jours. « Au centre-ville, on n’en a pas entendu parler. Vous savez, ce sont des soucis internes à la cité ». D’ailleurs, selon la mairie, les incidents de poubelle « n’ont rien d’exceptionnel ». Les violences de la nuit de jeudi à vendredi ont certes été particulièrement intenses, mais « dans deux heures, on ne verra plus rien car les voitures brûlées seront enlevées ».

    Selon la directrice du centre social du quartier, jointe par 20minutes.fr, les « jeunes étaient un peu excités depuis une semaine ». Mais à sa connaissance, il n’y a pas d’évènement précis qui a provoqué les violences.

    La cité du Vert-bois, qui compte 12.000 habitants, pour une population totale de 30.000 habitants à Saint-Dizier, est classée en Zone urbaine sensible (Zus).

    A.Sulzer avec AFP

    20Minutes.fr, éditions du 05/10/2007 - 08h06

    dernière mise à jour : 05/10/2007 - 11h36

    Voir en ligne : Les jeunes étaient un peu excités depuis une semaine

  • Concernant les décisions rapides - 6 septembre 2007 11:54, par Celtika

    En rapport avec cette phrase :

    " Ce qui me surprend le plus dans ces visions, c’est le rythme très rapide avec le quel les événements et les décisions prises s’enchaîneront "

    - Affrontements entre bandes : le procureur général de Paris prône des sanctions "plus lourdes et immédiates"
    AP | 06.09.2007 | 09:46

    Le procureur général de Paris Laurent Le Mesle prône des sanctions "plus lourdes et immédiates" à l’égard des délinquants impliqués dans des affrontements entre bandes rivales à Paris, dans un entretien publié par "Le Parisien/Aujourd’hui en France" daté de mercredi.

    Les sanctions "seront non seulement plus lourdes, mais elles devront être aussi immédiates que possible", déclare-t-il, après une réunion la veille avec des hauts représentants de la justice et de la police de Paris et de Versailles. La ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie doit par ailleurs rencontrer ce jeudi les préfets d’Ile-de-France et de Paris afin d’améliorer la prévention et la répression de ce type de rixes qui se sont multipliées depuis quelques semaines dans la capitale.

    Laurent Le Mesle précise ainsi que "la circonstance aggravante de ’réunion’ sera systématiquement retenue" et que "le nouvel arsenal de la loi antirécidive sera appliqué".

    "De nouvelles procédures destinées à lutter en amont contre ce phénomène" devraient "être mises en place", poursuit Laurent Le Mesle. "Les contrôles d’identité (…) seront accrus sur l’ensemble des gares de départ", annonce le magistrat, affirmant qu’il "n’y aura pas" de contrôles "au faciès" et que ceux-ci "devront être pertinents et préventifs".

    Par ailleurs, c’est désormais "le parquet du lieu des faits qui sera saisi", que le délinquant "soit majeur ou mineur" pour éviter une "disparité" ralentissant l’action judiciaire. Jusqu’à présent, rappelle M. le Mesle, quand un mineur commettait un acte de délinquance, c’était "le parquet de son domicile" qui était saisi tandis que dans le cas de majeurs "la compétence (revenait) au parquet sur le ressort duquel la violence (avait) été commise."

    Selon le procureur général de Paris, "les violences entre bandes rivales ne constituent pas une nouveauté en soi" mais il reconnaît que la justice n’était "pas préparé(e) à ce que survienne cette succession de rixes, à Paris, dans un laps de temps si court", "le phénomène des violences entre groupes" étant habituellement "circonscrit à certains quartiers de certaines cités." Le déplacement de certains groupes venus "régler leurs comptes à Paris" est "assez nouveau et préoccupant", conclut-il.

    Une cinquantaine de jeunes ont pris part dimanche après-midi à des échauffourées près de la gare du Nord. Moins d’une semaine auparavant, des bagarres avaient eu lieu les 26, 27 et 28 août entre une cinquantaine de jeunes originaires de banlieue, qui en étaient venus aux mains à la gare du Nord et dans le quartier de Pigalle. AP


    Pour le moment, difficile de dire s’il peut y avoir un lien de cause à effet avec l’élection concernant l’augmentation future des affrontements.

    Cependant, ce que je note par pure observation :
    - des décisions politiques très "lourdes et immédiates" qui vont avoir pour effet notamment de renforcer les contrôles d’identité.
    - l’inévitable amalgame qui peut poser problème dans l’installation de ces décisions : le fait que des personnes d’origines étrangères soient concernées dans ces affrontement.

    Bien qu’il soit précisé "qu’il "n’y aura pas" de contrôles "au faciès" et que ceux-ci "devront être pertinents et préventifs".

    Alors simple question : Doit-on s’attendre à un renforcemement des affrontements, suivi d’un renforcement des contrôles, et par conséquent peut-être à des accusations contre le gouvernement concernant les critères de ces contrôles ?

    A suivre !

    Celtika

    Voir en ligne : Affrontements entre bandes : le procureur général de Paris prône des sanctions "plus lourdes et immédiates"

  • Un article d’aujourd’hui vient de retenir mon attention.
    Une partie des éléments correspondent avec une partie des informations que j’avais reçues dans les prédictions titrées " Tensions relatives aux élections" et "Des émeutes sur le long terme attribuées au duel Sarkozy / Le Pen". Dans le cas présent la réalisation des émeutes correspond avec plusieurs critères, mais pas du tout d’origine politique dans l’histoire. J’ai donc peut-être encore une fois perçu différents éléments de plusieurs puzzles… ?

    Je cite les éléments reçus que je rassemble concernant uniquement les émeutes :

    " A long terme, de très nombreuses émeutes seront à prévoir.
    Certaines seront beaucoup mieux préparées et seront organisées sous la forme de groupes dont certains se donneront un titre."

    J’ai beau souhaiter le contraire, mais je vois les émeutes se renforcer de plus en plus, j’entends parler de "réseaux" et de "groupes de terrains".
    Il s’agira surtout de jeunes d’après ce qu’il me ressort. Ces groupes seront très "résistants" et effraieront la majorité de la population.

    Avec le déploiement de forces de sécurité, on pensera à court terme avoir calmé la situation, mais cela reviendra plus fortement ensuite.
    Durant une série d’émeutes, on déplorera tout particulièrement un drame concernant une femme grièvement touchée par les violences, et cela pourrait aussi concerner un enfant.
    Ce qui me surprend le plus dans ces visions, c’est le rythme très rapide avec le quel les événements et les décisions prises s’enchaîneront.
    Concernant les délais, il faut s’attendre à des révoltes à court terme, mais aussi à moyen et long terme.
    Partant de là, il m’a été mentionné certains lieux susceptibles d’être plus exposés à des formes de violence :
    "quai " musée" "porte de la chapelle" "madeleine" "bercy" "clichy".
    Les deux lieux les plus importants sont "porte de la chapelle" et "madeleine".
    Je n’exclus pas que la nature de la violence relève d’une action organisée par un groupe quelconque. "


    Le contenu de l’article :

    GARE DU NORD
    18 interpellations après
    les affrontements entre bandes
    NOUVELOBS.COM | 03.09.2007 | 18:24

    Selon un responsable du syndicat de police Synergie Officiers, un différend entre les chefs de deux bandes rivales serait à l’origine de ce nouvel affrontement, le second en moins d’une semaine.
    Deux personnes ont été légèrement blessées dimanche 2 septembre en début de soirée après des affrontements entre bandes rivales survenus dans le quartier de la Gare du Nord à Paris, selon la préfecture de police.
    Par ailleurs, dix-huit personnes, parmi lesquelles 11 mineurs, ont été interpellées et placées en garde à vue après cette rixe qui trouve son origine dans une bagarre qui a éclaté dimanche après-midi dans la discothèque "Casa 128", située au 128, rue Lafayette. Une querelle d’ordre sentimental pourrait avoir mis le feu aux poudres, précisait-on de source policière.
    Appelés pour mettre fin aux hostilités, les policiers ont dispersé une première fois les protagonistes qui sont allés s’affronter quelques dizaines de mètres plus loin au niveau d’un café situé au 96, rue Lafayette, à proximité de la Gare du Nord. Les équipages de la PUP (police urbaine de proximité) ont de nouveau dû intervenir vers 20h pour mettre un terme final à ces affrontements.

    Deuxième affrontement en une semaine

    "Les jeunes mis en cause sont originaires de la Goutte d’Or [dans le XVIIIe arrondissement de Paris, NDLR], de Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise", ajoutait-on de même source.
    Ces incidents surviennent moins d’une semaine après des bagarres qui avaient eu lieu les 26, 27 et 28 août dans la capitale entre une cinquantaine de jeunes originaires de banlieue, qui en étaient venus aux mains à la Gare du Nord et dans le quartier de Pigalle. Quinze d’entre eux ont été mis en examen, dont certaines pour "tentative d’assassinat", huit étant écroués.
    "Ils appartiennent à deux bandes rivales, dénommée ’Def Mafia’, dont beaucoup viennent des Hauts-de-Seine et des Yvelines, et ’GDN’ comme Gare du Nord, avec des personnes originaires de Seine-Saint-Denis et du Val d’Oise", explique Mohamed Douhane, l’un des responsables du syndicat Synergies Officiers.

    "L’inquiétude" de la police

    "Un différend entre leurs chefs survenu le 14 août dans une boîte de nuit du quartier Pigalle semble être à l’origine de ces bagarres. Mais derrière ces motifs futiles se cachent souvent des raisons liées à différents trafics."
    Fin mars, plusieurs centaines de jeunes s’étaient livrés durant plusieurs heures à des dégradations dans la Gare du Nord à la suite d’un face-à-face tendu entre jeunes et policiers à l’issue d’un contrôle de billet qui avait mal tourné.
    Mohamed Douhane, s’est dit lundi "inquiet" de ces nouveaux affrontements survenus au coeur de Paris. "Les fauteurs de troubles sont des multi-récidivistes qui devraient être plus lourdement condamnés", a-t-il estimé, pointant "un manque de coordination entre les différents services chargés de prévenir les violences urbaines". (avec AP)


    Les éléments qui me marquent :

    - Des groupes dont certains se donneront un titre}}} >"deux bandes rivales, dénommée ’Def Mafia’ et ’GDN’ comme Gare du Nord "

    - Les deux lieux les plus importants sont "porte de la chapelle" et "madeleine" > La gare du Nord se situe à deux/trois arrêts de métro de la porte de la chapelle

    - Il s’agira surtout de jeunes > " dix-huit personnes, parmi lesquelles 11 mineurs"

    - j’entends parler de "réseaux" > " Mais derrière ces motifs futiles se cachent souvent des raisons liées à différents trafics "

    - le rythme très rapide avec le quel les événements et les décisions prises s’enchaîneront > "Deuxième affrontement en une semaine "

    - il faut s’attendre à des révoltes à court terme, mais aussi à moyen et long terme > "Fin mars, plusieurs centaines de jeunes" / "Un différend entre leurs chefs survenu le 14 août" / "bagarres qui avaient eu lieu les 26, 27 et 28 août" / "affrontements entre bandes NOUVELOBS.COM | 03.09.2007"

    Ce à quoi nous pouvons nous attendre pour le futur :
    - je vois les émeutes se renforcer de plus en plus / on pensera à court terme avoir calmé la situation, mais cela reviendra plus fortement ensuite
    - Les deux lieux les plus importants sont "porte de la chapelle" et "madeleine"

    Voir en ligne : Gare du nord, 18 interpellations après les affrontements entre bandes

  • Bonjour Denis et Régis - 26 juin 2007 02:13, par Celtika

    Bonjour Denis et Régis,

    effectivement il est beaucoup trop tôt pour estimer le lien entre les événements, et surtout les causes à effet.
    J’ai mis l’article pour pouvoir suivre l’évolution, afin que nous ayons un éventuel fil conducteur pour pouvoir après coup, mettre bout à bout les épisodes.

    Il est clair que votre objectivité et neutralité est très importante pour mener la meilleure expérimentation qui soit.
    Donc pour le moment nous ne pouvons qu’attendre, et nous abstenir de conclusions hâtives.

    Un petit bonjour aussi à Catherine au passage !

    Celtika

  • Réponse à Céleste - 25 juin 2007 11:12, par Denis

    L’article de presse du Monde au sujet des violences a été évoqué avec beaucoup de retard sur Canal Plus par Michel Denisot. La dérive des journaux télévisés et d’une partie de la presse écrite est inquiétante mais il est possible que dans ce cas l’auto-censure n’était destinée qu’à éviter un effet "boule de neige". Les émeutes ethniques sont choses courantes depuis plus de vingt ans à cause de l’existence des ghettos comme aux Etats-Unis et les troubles graves en France auront sûrement un autre fondement. La campagne commence aux portes des grandes villes sauf au moment des élections ! Je vous remercie encore pour la publication de vos prédictions et j’attends avec impatience les suivantes dans le domaine de la neutralité politique.

  • Dans un article du nouvel obs du jour, qui évoque des violences urbaines de dimanche, 22/06/07 (jour du second tour des légisatives) :

    Silence sur les violences urbaines
    de dimanche

    NOUVELOBS.COM | 22.06.2007 | 14:28

    52 réactions

    Le Monde revient sur de violents affrontements qui ont opposé plusieurs centaines de jeunes dimanche à Cergy, sans que les médias n’en parlent, sauf l’édition locale du Parisien.

    Extrait d’une des vidéos (DR)
    Dans son édition datée de samedi 23 juin, Le Monde revient sur des affrontements violents qui ont opposé plusieurs centaines de personnes dimanche 17 juin à Cergy, dans le Val d’Oise, sans que cela ne soit rapporté par les médias, sauf dans l’édition locale du Parisien.
    "Dans un autre contexte, ce type d’événement aurait probablement suscité une large couverture médiatique" écrit le quotidien. Et le journal de rapporter les faits : "En marge du Festival international des cultures urbaines, qui porte le nom de ‘100 contests’, des affrontements violents ont opposé des bandes de jeunes. Puis un nombre important d’individus -300 personnes selon une source policière, plus de 200 selon des témoins directs, 150 selon le maire- ont dégradé des commerces, du mobilier urbain et la gare RER de Cergy-Saint-Christophe, avant de s’en prendre aux policiers."
    Selon Le Monde, "les premiers incidents graves ont débuté dimanche, vers 21 heures, au cours d’un concert de rap rassemblant 10.000 personnes venues de toute l’Ile-de-France pour la quatrième édition du festival. Plusieurs dizaines à plusieurs centaines de personnes, selon les sources, issues de bandes rivales, ont commencé à s’affronter à proximité de la scène".

    Une hache, des manches de pioche et des couteaux

    Le journal cite deux sources présentes sur place, un élu PS et un responsable associatif, qui évoquent l’utilisation de diverses armes (pistolets, couteaux, barres de fer, dont une hache) par certains jeunes. Face au nombre des jeunes et à de tels actes de violences, la vingtaine de policiers municipaux et la cinquantaine de vigiles d’une société privée, employés pour l’occasion, ont rapidement été débordés, écrit le quotidien qui explique que le festival, dont l’entrée était gratuite, a finalement été annulé en cours de soirée.
    Certaines personnes ont alors cassé du mobilier urbain et des commerces sur le chemin du retour vers la gare, informe Le Monde.

    Prison ferme pour deux jeunes hommes

    Pendant les incidents, huit personnes ont été interpellées, dont six relâchées, faute de preuve. Le Monde affirme que deux jeunes hommes ont été jugés, en comparution immédiate, mardi 19 et mercredi 20 : le premier, qui a reconnu les faits, a été condamné à dix mois de prison ferme pour des dégradations commises en réunion, dans la gare ; le second, qui nie sa participation aux violences, a été condamné à trois ans de prison, dont deux ans ferme, pour avoir caillassé puis incendié un véhicule de la police municipale.

    Silence des médias

    Ni les violences, survenues le jour du deuxième tour des élections législatives, ni les deux jugements n’ont donné lieu à une dépêche de l’Agence France Presse, important fournisseur d’informations pour les médias, qui les reprennent telles quelles ou s’en servent pour mener leur propre enquête.
    Comme le précise Le Monde, "un témoignage a été publié jeudi 21juin sur le site alternatif Indymedia".

    Quant aux éventuelles causes du duel Sarkozy/Le Pen, rappelons :
    - l’initiative de la création d’un ministère de l’immigration et identité nationale en pleine période des élections présidentielles, contestée aujourd’hui même par l’organisation d’une pétition de 200 personnalités ( voir le nouvel obs du jour titrant : 200 personnalités contre le ministère
    de l’Immigration et de l’Identité nationale, lien : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/societe/20070622.OBS3258/200_personnalites_contre_le_ministerede_limmigration_et.html )
    - l’ampleur du sujet débattu par monsieur Le Pen se revendiquant victime d’un hold-up de ses idées
    - la place qu’a occupé ce sujet dans la presse, pendant et encore maintenant, après les élections (le soir du second tour de l’élection présidentelle, Claire Chazal disant : " au fond on a jamais autant parlé des idées de Jean-Marie Le Pen)
    - plus récemment, monsieur Le pen reçu à l’Elysée jeudi 21 juin pour la première fois dans l’histoire, pour consultation avant une réunion importante sur le traité européen, ce qui a valu quelques mécontentements d’autres partis.

    - Et donc les affrontements très violents rapportés dans l’article cité, ainsi qu’un article du jour exposant un très gors risque d’affrontements de la part des jeunes vis à vis des réformes universitaires prévues, voir article du nouvel obs du jour titrant : Bruno Julliard : Sarkozy court
    "le risque d’un nouvel affrontement", lien : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20070621.OBS3194/bruno_julliard__sarkozy_courtle_risque_dun_nouvel_affro.html

    Il s’agit maintenant de suivre le cours des événements pour évaluer le lien cause à effet entre le "duel" sarkozy/le pen, et les révoltes des jeunes qui m’ont été annoncées sur le long terme.

    Celtika

    Voir en ligne : Silence sur les violences urbaines

0 | 10 | 20 | 30 | 40

Mots-clés associés



Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2018 © Le Journal de Demain - Journalisme d’intuition - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.81
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2