Bandeau
Le Journal de Demain - Journalisme d’intuition
"Le Journalisme d’intuition"

Des services américains impliqués dans l’assassinat de Benazir Bhutto
Article mis en ligne le 4 janvier 2008

par Celtika (Céleste)
logo imprimer

- Dépêche de Celtika
- Enregistrée le 4 janvier 2008

C’est simplement en entendant le journal télévisé évoquer l’événement qu’il m’est de suite apparu l’implication d’un état étranger anglophone.

- J’ai donc perçu la forte implication de personnes représentant un pays autre que le Pakistan, j’ai d’abord seulement senti qu’il est question d’un pays anglophone.

- Le lendemain regardant ànouveau le journal, même sensation . Je me demande alors, anglophone oui, mais quel état anglophone ? Et làj’entends simplement : "Washington".
Il s’agit donc des Etats Unis, et de la ville de Washington (pourquoi je l’ignore) .

- Cela ne semble pas être le fait d’individus indépendants, mais bien d’individus directement rattachés àune entité représentant l’état. Cela ressort sous la forme d’une globalité si l’on peut dire ainsi.

- J’ai une notion de "dernier recours" qui m’est évoquée, comme une ultime alternative.

- Cette implication américaine n’est cependant pas la seule, il y a eu des coopérations avec un ou deux autres états.

Celtika


Forum
Répondre à cet article

9 Messages

  • Incroyable et pourtant plausible - 3 décembre 2012 22:30, par elvire

    En effet, les américains ont aidé Bénazir Butho àrevenir au Pakistan. Et alors ? Ils ont bien aidé les talibans afghans contre les russes. et Benladen travaillait avec eux. Des retournements de situation, ça existe !
    Que Ben Laden soit mort avant 2002 n ’est pas impossible. Comment expliquer qu’avec tous les moyens modernes (les satellites , les écoutes téléphoniques etc...) personne ne savait où il se trouvait...On a retrouvé la trace de Saddam Hussein àcause d’un appel de sa femme qui l’appellait de Jordanie, d’une cabine téléphonique. Quand on sait que Ben Laden avait une famille nombreuse, on ne peut pas imaginer qu’il soit resté sans nouvelles d’elle tant de temps. Sans compter qu’àsa mort officielle, des proches étaient avec lui au Pakistan. Comment croire que personne n’ait songé àles espionner et àleur filer le train quand ils sont allés s’installer avec Ben laden ?
    Et puis immerger son corps est très très curieux et ne correspond aucunement, contrairement àce qui a été dit, àla tradition musulmane.

  • Débat sur l’assassinat de Benazir Bhutto - 20 juin 2009 15:18, par Celtika

    Bénazir Bhutto affirmait que Ben Laden était mort, dans une interview de 2007

    ( Info non vérifiée par la rédaction du Post.
    L’opinion exprimée n’engage que son auteur. le 24/01/2009 )

    Dans une interview du 2 novembre 2007 àDavid Frost, journaliste vedette àAl-Jazira, Benazir Bhutto affirme qu’Oussama Ben Laden a été assassiné par Omar Sheikh, un agent de l’ISI pakistanaise qui joua un rôle-clé dans les attentats du 11 Septembre 2001.

    Cette déclaration stupéfiante, àprendre avec beaucoup de précaution, soulève de très nombreuses questions, qui risquent bien de ne jamais être résolues.

    Le 27 décembre 2007, l’ex-Premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto trouvait la mort dans un attentat-suicide. Le 2 novembre, elle avait accordé une interview àDavid Frost sur Al-Jazira.

    La déclaration sensationnelle est la dernière : Ben Laden serait mort, et son meurtrier serait Omar Sheikh.

    La première déclaration - commençons évidemment par elle - est sidérante. D’abord, Ben Laden serait mort. Cette mort a déjàété annoncée, et démentie, quantité de fois. La dernière, c’était le 23 septembre 2006 ; le quotidien L’Est républicain publiait alors ce qui était présenté comme une information des services de sécurité saoudiens, transmise àla Direction générale des services extérieurs (DGSE), selon laquelle Ben Laden avait contracté "une très forte crise de typhoïde" alors qu’il se trouvait au Pakistan, et y aurait succombé le 23 aoà»t 2006.

    Mais Benazir Bhutto précise cette fois-ci que Ben Laden aurait été tué par Omar Sheikh.

    Or, cet individu, que d’aucuns présentent comme le "fils préféré" de Ben Laden - et qui est connu pour son rôle dans le financement du 11-Septembre (il transféra 100 000 dollars àMohammed Atta, le leader des kamikazes, sur les ordres du chef de l’ISI Mahmoud Ahmad) et aussi dans l’enlèvement et le meurtre du journaliste Daniel Pearl - est incarcéré au Pakistan depuis février 2002.

    Ce qui signifierait qu’il aurait tué Ben Laden avant cette date, et que ce dernier serait donc mort depuis près de six ans !

    Qui croire ? Ben Laden serait-il l’arlésiene ? celui dont on parle tant et qu’on ne voit jamais ?

    Geaorge W Bush a t-il instrumentalisé cet homme, alors qu’il serait décédé, pour faire ses "fameuses croisades" ? La guerre en Afghanistan, en Irak. La CIA a t-elle fabriqué des preuves de vie de Ben Laden pour faire croire àson existence ?

    Bénazir Bhutto a t-elle été assassinée àcause de cette révélation ? En savait -elle trop sur cette affaire ?

    Et Barack Obama que pense t-il de Ben Laden ? Est-il mort ou vivant ?

    Beaucoup de questions sans réponse. Et saura t-on un jour ?

    Voir en ligne : Bénazir Bhutto affirmait que Ben Laden était mort, dans une interview de 2007

  • Voici un extrait des paroles de personnalités politiques importantes représentant le parti républicain (parti de Georges Bush & McCain) américain.

    Au milieu d’une polémique sur les bénéfices d’un nouvel attentat aux usa, est clairement évoqué le bénéfice pour le parti de John McCain, candidat àla présidence américaine, qu’a eu l’assassinat de Bénazir Butto :

    " Charlie Black, ancien lobbyiste, s’est excusé lundi après avoir déclaré qu’une attaque terroriste aux Etats-Unis "serait un gros avantage" pour John McCain. Il a dit "profondément regretter" ses commentaires "déplacés".
    Le candidat républicain a lui-même affirmé lundi alors qu’il faisait campagne en Californie (ouest) : "S’il a dit ça, et je ne connais pas le contexte, je suis en profond désaccord".
    Dans l’article, Charlie Black avait également déclaré que l’assassinat en décembre de la figure de l’opposition au Pakistan Benazir Bhutto avait été un "événement regrettable". Mais, avait-il affirmé, "le savoir (de John McCain) et sa capacité àen parler ont de nouveau montré que c’est le type qui est prêt àêtre le commandant en chef". "Et cela nous a aidé", avait-il ajouté."

    Comme quoi, les apparences peuvent être trompeuses...

    Celtika

    Voir en ligne : John McCain au centre d’une polémique autour des bénéfices d’un nouvel attentat

  • je demande pourquoi et comment cette femme a laissé la vie ds un attentat...
    on me répond, elle n’était pas prête pour assumer la responsabilité...elle a donc été exclue avant des dommages plus importants...
    cela me parut une décision de gouvernement interne, autre que de nature humaine.....je ne sais pas quel est le bras qui l’a exécuté..
    shannah

  • pourquoi pas - 7 janvier 2008 12:18, par kcarole

    en déstabilisant le pakistan, les etats unis se donneront peut etre la possibilité d’y mettre les pieds un jour ou l’autres, ce ne serait pas la premiere fois qu’ils soufflent le chaud et le froid....!!

  • concernant le décès de Benazir Bhutto - 6 janvier 2008 12:44, par Celtika

    Bonjour Jack, ainsi qu’aux autres intervenants sur le sujet,

    oui c’est vrai que c’est surprenant, cela me surpend moi-même, mais comme il s’agit malgré tout de ce qui m’est apparu... je n’ai pas hésité àen faire état ici.

    Pour éviter les ambiguïtés, je précise que je parle bien d’ "implication" et non de responsabilité unique bien sà»r. LA première vision en voyant le journal était bien entendu celle d’une responsabilité interne, des opposants politiques. Mais, àma propre surprise, une deuxième vision, suivie d’une troisième et d’une quatrième, faisaient apparaitre l’implication d’agents anglophones, natifs anglophones, et rattachés àun état anglophone.

    Comme vous le dîtes, il pourrait tout àfait s’agir d’une groupe de dissidents. Ou par exemple (simple exemple) cela peut être un groupe d’américains armés type soldats ou dans ce genre.

    Mais j’ai été tellement surprise, et cette vision était tellement limpide , que je ne peux pas l’ignorer.

    Voilà, après toutes les hypothèses restent bien sur possibles !

    Celtika

  • Hypothese peu credible - 4 janvier 2008 23:30, par Benedycte

    Je rejoins les autres internautes sur le fait que l’hypothese formulée par celtika n’est pas recevable : le gvt americain est àl’origine même du retour de Mme Bhutto au Pakistan il y a deux mois de celà. L’administration americaine avait en tete de mettre en place un ’ticket" Musharaf - Bhutto, le premier restant àla tete de l’ETat et la seconde s’installant au poste de 1er ministre. Les US sont en effet mecontents de la politique de Musharaf qui n’a, depuis sa prise de pouvoir, etait que peu efficace àcombattre les reseaux islamiques qui proliferent dans ce pays. La mort de Me Buttho ne fait en rien le jeu du gvt americain car celle-ci a pour consequence
    1) d’affaiblir un pays qui depuis plusieurs mois déjàsombre dans le chaos
    2) de permettre aux groupuscules islamistes de pululer sans que le pouvoir central ne puisse y remedier.

    2 hypotheses concernant la mort de Me Buttho :
    - soit Musharaf est impliqué dans cet assasinat lequel aurait pu vouloir se debarraser de Me buttho avec laquelle il aurait certainement du partager son pouvoir
    - soit cet attentat est l’oeuvre d’un groupuscule islamiste independant
    - Al khaida a svt etait evoqué, àtort trés certainement, mais faire porter le chapeau àAl khaida fait le jeu de beaucoup de monde

  • au contraire - 4 janvier 2008 17:29, par KARIDWEN

    p G BUSH l’intérêt est que le Pakistan soit démocrate
    avec la mor de Mme Bgutto
    c’est une fragilisation du pays
    et la possibilité pour tous extremistes de tous poils
    de prendre le pouvoir

  • Bonjoue Celtika.

    Les américains faisaient tout ce qu’ils pouvaient pour ramener Benazir Bhutto au pouvoir, avec une cohabitation éventuelle avec le pouvoir actuel. La mort de B. Bhutto ne peut pas être de leur fait, àmoins de l’existence d’une faction dissidente dans les services secrets américains. Par contre, le président sortant du Pakistan avait pour l’occasion des intérêts convergeants avec les fondamentalistes musulmans, en éliminant une rivale dans les élections qui avait de bonnes chances de gagner.
    La politique internationale est assez complexe, mais pas au point qu’un parti ou un pays veuille une chose et son contraire.

    Jack

Mots-clés associés



Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2018 © Le Journal de Demain - Journalisme d’intuition - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2