Les énergies des élections présidentielles de 2017
Article mis en ligne le 14 avril 2017

par Pelmo
logo imprimer
Noter cet article :
1 vote

- Dépêche de Pelmo
- Enregistrée le 14 avril 2017
- Source : ?

Il est intéressant d’analyser les énergies au niveau collectif pour mieux comprendre ce qui se passe au niveau politique.

Une situation politique française inédite :

La déconfiture des grands partis est patente, aussi bien à gauche qu’à droite. Les candidats issus des primaires sont clairement en difficulté et leur situation individuelle reflète les difficultés rencontrées par leur parti.
À gauche, Benoît Hamon, le grand gagnant des primaires, élu démocratiquement par les sympathisants, est désavoué par son parti et ne trouve pas son public.
À droite, il est reproché à François Fillon d’avoir profité du système pour favoriser les siens... entendez cela au sens plus large : il est reproché à la majorité d’avoir favorisé la majorité... et ce n’est plus dans l’air du temps.

Nous assistons à la fin des deux grands partis français. Ce qui est remis en cause - au-delà des partis et des hommes - c’est le système dans son ensemble. Même l’Union Européenne en fait les frais. La quasi-totalité des candidats est d’accord sur le fait qu’elle doit être adaptée, modifiée, ou supprimée…
Il s’agit bien sûr d’une évolution générale qui touche aussi la sphère internationale. En témoignent le Brexit, l’élection de Donald Trump aux Etats-Unis, ou encore le récent communiqué russo-syro-iranien qui indique que “la Russie et l’Iran ne permettront jamais aux Etats-Unis de dominer le monde et imposer un monde unipolaire”.

Un changement énergétique majeur :

Ce qui est en cause, et ce que les énergies actuelles ne soutiennent plus, c’est le fonctionnement du système avec la centralisation, le fait que la majorité soit confortée par elle-même et qu’elle soit loin du peuple.
Au niveau énergétique, cela correspond à l’extrême Yang.
Le Yang est un symbole chinois qui fait référence au masculin, au soleil, à la luminosité, à la chaleur, à l’élan, au céleste. C’est aussi le symbole du mouvement qui va “vers l’extérieur”, comme l’aventure, l’exploration, le travail, la prise de risque.

Prenons des exemples tout à fait symptomatiques de l’extrême Yang en Occident :
le colonialisme, l’industrialisation, la rationalisme, le libéralisme, la surcroissance, l’exploitation à outrance des ressources et des êtres vivants.
En résumé, c’est la suprématie du masculin, la loi de la majorité, du plus fort, avec une pensée et un comportement uniformisés. Les grands partis, comme les grandes entreprises, sont favorisés.

Qu’y a-t-il après le Yang ?
Le symbole du Yang est étroitement lié à un autre symbole, qui est à la fois son opposé, et son complémentaire :
le Yin. Et nous sommes en train de passer de l’ère du Yang à l’ère du Yin. Ce dernier fait référence à la femme, à la lune, à l’obscurité, à la fraîcheur, la réceptivité, la terre et à tout ce qui est “à l’intérieur”. Pensez pays, maison, famille, maternité, sécurité, réflexion avant l’action, protection, avec comme fer de lance au niveau politique la mise en avant des valeurs régionales, nationales et le protectionnisme.

Vers un renouveau politique ?

Examinons, dans un premier temps, à qui cette situation profite.
Il y a d’abord Emmanuel Macron. Il a choisi de se détacher des grands partis pour faire cavalier seul. Nonobstant ses bons résultats dans les sondages, il incarne trop nettement l’idéologie des grands partis et leur ancienne énergie pour avoir une chance d’être retenu au premier tour.
Les autres grands favoris sont deux partis extrémistes, ceux de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Si le parti d’extrême droite est en constante progression depuis plusieurs années, Jean-Luc Mélenchon, qui était largement minoritaire et classé extrémiste il y a peu, crée la surprise en devenant LE candidat de la gauche. Ces deux personnages sont en train de s’imposer aux élections présidentielles.
Certes, les partis extrémistes sont davantage en phase avec les nouvelles énergies en raison de leur caractère anti-système et protectionniste mais ils sont eux aussi clairement rattachés à l’ancien système. Ils sont donc également voués - à terme - à disparaître. Reste que cette période d’instabilité et de remise en cause politique les favorise nettement pour l’instant.

Examinons maintenant les perspectives.
Notre système politique ne fonctionne pour l’instant qu’avec une majorité. Dans l’hypothèse d’un personnage extrémiste au pouvoir - car c’est bien ce qui risque d’arriver - la capacité d’un parti extrémiste à gouverner et à réunir un consensus est pour le moins bien incertaine.
De même, les acteurs de la vie politique vont devoir composer avec un nouveau type de Président et cela ne pourra plus être avec les formations politiques d’hier. Ce sera l’occasion d’une profonde refonte de la politique française. Et tant mieux. Beaucoup attendent cela depuis longtemps. Une nouvelle façon de penser la politique, de représenter le peuple, de défendre la France, de dialoguer avec le monde. Pourquoi pas ?! Le Yin, c’est se recentrer sur soi, c’est être au coeur des choses et se sentir bien chez soi :-)
Beau programme !

Précision(s) supplémentaire, détail(s) significatif  :
Sans réponse


Suite à ==> https://www.lejournaldedemain.com/Le-Pen-Melenchon-au-second-tour


Forum
Répondre à cet article

4 Messages

Mots-clés associés



Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2003-2017 © Le Journal de Demain - Journalisme d’intuition - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.39